Yidakiwuy Dhawu Miwatjngurunydja  

Questions relatives au Yidaki- que pensent les Yol\u du fait que d'autres enseignent le didgeridoo?

Les opinions à propos des personnes non-Yol\u qui enseignent le didgeridoo sont semblables à celles concernant le jeu. Tous les Yol\u impliqués dans ce projet approuvent qu'il est bien pour les autres  d'enseigner des techniques non-aborigènes utilisées de par le monde pour jouer du didgeridoo. Les Yol\u ne souhaitent pas détenir un copyright sur toutes les formes de jeu du didgeridoo. Tout ce que des non-Yol\u ont développé, ils peuvent l'enseigner. On doit encore insister ici sur le fait que les Yol\u ne sont pas les seuls propriétaires traditionnels du didgeridoo, et que les Yol\u peuvent seulement parler de leurs propres styles traditionnels, pas de ceux d'autres groupes voisins. 

Quand on en vient au style de jeu Yol\u, les Yol\u insistent sur l'importance d'apprendre directement d'eux, et si possible, ici à la source. Si une personne non-Yol\u apprend les styles de jeu et les chants, peuvent-elles alors enseigner ces styles à d'autres?


Djambawa - il est important d'apprendre des Yol\u qui sont à l'origine de l'instrument. texte seul Dhukal insiste : la seule manière d'apprendre vraiment le manikay Yol\u est ici en Terre d'Arnhem
texte seul
Dhukal - il y a quelqu'un d'autre qui fait du profit sur nous. Venez ici, nous vous apprendrons et comme ça vous saurez la vérité. texte seul

Djalu' enseignant au fertival annuel de Garma
Certains Yol\u sont très excités à propos des étrangers jouant le Yidaki à leur manière, et veulent  que ceux qui ont appris d'eux-même partagent ce qu'ils peuvent. D'autres Yol\u croient que ces expériences sont privées et ne doivent pas être partagées, que seuls les Yol\u peuvent partager leur culture. Une opinion répandue, exprimée par Burr\upurr\u Wunu\murra, est que si vous avez appris des Yol\u et que vous voulez partager gracieusement cette expérience avec les amis et la famille, c'est bien. Mais qu'à partir du moment où vous commencez à gagner de l'argent de cette connaissance, comme avec des leçons et des ateliers, vous volez les Yol\u. C'est leur savoir qui doit être partagé et recevoir compensation, pas le votre. Un arrangement équitable doit être fait au préalable. Clairement, quels que soient leurs vues à propos des étrangers enseignant, tous les Yol\u impliqués dans ce projet sont d'accord sur le fait que si vous voulez apprendre les affaires Yol\u, vous devez faire tous les efforts possibles pour apprendre directement des Yol\u.

Djambawa - des mesures doivent être prises pour s'assurer que le savoir Yol\u reste propriété des Yol\u.
texte seul

Dhukal prend exemple des lois \^paki - nous avons besoin de son passeport, de ses informations personnelles, etc, pour pouvoir faire agir les deux lois. texte seul Badikupa - Si vous avez appris avec des Yol\u et qu'on vous a donné la responsabilité de le faire, alors enseignez. texte seul

Dans le rom Yol\u, le savoir est puissant et très cher. Cela était vrai avant que l'argent ne soit introduit en Terre d'Arnhem. Donald Thomson, le premier anthropologue qui a travaillé avec les Yol\u de cette aire, a écrit un livre sur l'économie de la vie Yol\u. Il y parle de son principal ami et traducteur Yol\u qui dut le quitter, car tout le savoir qu'il avait acquis des autres clans en travaillant avec Thomson l'avait trop endetté. Il avait à faire des lances et d'autres objets en paiement pour le restant de sa vie !

Djalu' répond à la question en balançant "toi, tu peux enseigner" à l'interviewer, pas tous ceux qui l'ont rencontré un jour.  texte seul Djalu' - Quand tu as de l'argent pour avoir enseigné, partage-le avec nous. Quand tu es pauvre, pense à toi! texte seul

Djalu' encourage les voyages pour que les Yol\u rencontrent et enseignent aux gens dans le  monde, directement

texte seul

Le meilleur avis serait de ne rien faire qui ne vous ait pas été demandé spécifiquement par des Yol\u, et encore, de ne rien faire dans votre pays qui vous rendrait inconfortable si des Yol\u vous regardaient. C'est la simple intégrité. Si vous avez appris d'un Yol\u qui vous ait dit de le partager, faites-le. Si vous voulez faire de cet enseignement une partie de votre business, vous devez être très clair dans votre marché avec les Yol\u et être sûr qu'ils sont heureux des compensations prévues. La plupart des Yol\u n'ont aucune idée de ce qu'est votre vie, et ne peuvent imaginer ce que vous allez faire quand vous partirez. Vous ne pouvez pas présumer qu'ils vous aient compris, ou que vous pouvez faire ce que vous voulez juste parce qu'on ne vous a pas dit le contraire. Sachez aussi que ce n'est pas parce qu'un ou plusieurs Yol\u vous ont dit que vous pouviez faire une chose, que tous les autres approuvent. Cela a créé des disputes et du ressentiment dans le passé.

Si vous n'avez jamais rencontré de Yol\u et n'avez appris que par des enregistrements, on ne vous a donné aucune connaissance, et vous devez visiter la Terre d'Arnhem avant de commencer toute affaire concernant des représentations publiques, de l'enseignement ou d'autres moyens de transmission du savoir Yol\u.

Bien sûr, le voyage en Terre d'Arnhem n'est pas possible pour tout le monde. Comme Djalu' l'a dit, il est possible pour les Yol\u de voyager jusqu'à vous. C'est une proposition difficile d'organiser quelque chose d'aussi grand, mais une petite organisation menée par un joueur de didgeridoo japonais a organisé quelques voyages et une petite tournée pour des artistes et enseignants Yol\u. Un joueur de didgeridoo Islandais a fourni un travail incroyable pour amener un trio de garçons Yol\u à l'autre bout du monde. C'est un travail difficile et coûteux, mais valant le coup, et il y a beaucoup de Yol\u qui aimeraient venir vous rencontrer, s'ils en avaient la possibilité. Il suffit de nous demander!

|o\u Ganambarr sur scène au Japon.


 PAGE SUIVANTE - QUE PENSENT LES YOL|U DES ETRANGERS QUI FONT ET VENDENT DES DIDGERIDOOS?

all material copyright 2006 Buku-Larr\gay Mulka Centre & the Yol\u individuals and clans concerned