newest-header

Guérir avec le didgeridoo

Une pratique très populaire dans le monde entier est d’offrir des « soins vibratoires » avec le didgeridoo en jouant l’instrument sur des chakras ou vers les parties atteintes de personnes malades ou blessées. Certains pratiquants affirment utiliser un pouvoir inhérent à l’instrument ou bien quelque chose de culture Aborigène. D’autres joueurs de didgeridoo dans le monde sont connus pour condamner cette pratique comme un égarement dans les affaires sacrées des Aborigènes, ou simplement de l’idiotie.

Les commentaires de Galarrwuy

Quand il a été questionné lors du forum de Garma sur le Yiḏaki de 2004, à propos des soins et du didgeridoo, Galarrwuy Yunupiŋu parla de la valeur de la discipline, et du caractère sacré de l’unicité du mode de vie Yolŋu. Ce n’est pas seulement le son qui guérit, mais tout le processus, depuis la création,  la décoration, le jeu, jusqu’à la danse et la musique qui en font partie. Le yidaki est une partie d’un plus grand système de discipline qui est entièrement partie du rom Yolŋu. Pour le dire d’une autre manière, une vie Yolŋu vécue comme il se doit est saine.

Les cérémonies de guérison publiques Yolŋu font intervenir le yidaki, mais seulement dans son rôle normal d’accompagnement des chants. Les chants et danses qui appellent les pouvoirs ancestraux intimement liés au « patient » créent une atmosphère qui soigne. Ces pouvoirs sont spécifiques aux personnes et aux lieux avec leurs liens de parenté – ils ne sont pas quelque chose qui puisse s’apprendre et être emporté outremer. Ils appartiennent à la terre d’où ils viennent. Beaucoup de Yolŋu considèrent toutes les autres sortes de soins avec le didgeridoo comme ridicules, spécialement quand ils sont mélangés avec des éléments d’autres cultures.

Buwathay et Mirrwatŋa- Le soin pour les Yolŋu est le contexte global du chant, pas seulement le yiḏaki.

Buwathay – Les chants cérémoniels soignent aussi les divisions causées par les combats et les disputes.

Wukuṉ met en avant la santé, la force et la confiance qu’acquiert un joueur de yiḏaki.

Baḏikupa – Djalu’ joue sur la poitrine des gens pour renforcer leur confiance et partager le pouvoir du yiḏaki.

Djalu’ Même ceux qui ne comprennent pas complètement le manikay Yolŋu sont touchés quand ils l’entendent.

Djalu’ le rassemblement des gens qui a lieu grâce au yiḏaki guérit le monde.

Galarrwuy reconnaît que d’autres soins sont effectués avec le didgeridoo, mais qu’il s’agit de connaissances intérieures qui ne doivent pas être partagées sur un forum public. Son frère Mandawuy a aussi fait des commentaires semblables par écrit. Djalu’ Gurruwiwi, le plus connu des facteurs et joueurs de yiḏaki, voit le yiḏaki à la fois comme un outil de sa propre culture et de sa mission de chrétien. Il est connu pour jouer sur le corps de visiteurs non-Yolŋu dans l’intention de soigner.

Baḏikupa encourage à jouer sur le corps des gens.

Bien que les opinions varient beaucoup, l’opinion majoritaire dans le Miwatj en ce moment semble que les étrangers qui pratiquent les soins avec le didgeridoo sont un peu amusants, mais que c’est bien, tant qu’ils ne se réclament pas d’une connaissance ou d’un lien avec l’utilisation aborigène de l’instrument. Les « guérisseurs avec didgeridoo » pratiquent quelque chose de nouveau, basé sur leur propre expérience de l’instrument, pas quelque chose d’ancien originaire de Terre d’Arnhem.

Si vous avez trouvé quelque chose qui vous soit utile, continuez à en profiter, mais sachez que cela ne vient pas des Yolŋu et n’est pas pour eux.