Yidakiwuy Dhawu Miwatjngurunydja  

Questions relatives au Yidaki - Que pensent les Yol\u du fait que d'autres fassent et vendent des didgeridoo?

Les Yol\u savent que la fabrication de didgeridoo s'est répandue dans tout l'Australie, mais beaucoup d'entre eux sont surpris d'apprendre que l'instrument est aussi fait dans différentes formes tirées de différents matériaux dans le monde entier. Tous se sentent dans une certaine mesure propriétaires de l'instrument. Certains adoptent le point de vue extrême que le didgeridoo n'appartient qu'aux Yol\u et aux groupes voisins, et qu'il est mauvais pour tout autre d'en faire et de gagner de l'argent de leur vente. D'autres sont un peu plus conciliants, mais n'accordent jamais complètement au didgeridoo le statut d'instrument de musique mondialisé, détaché de son appartenance traditionnelle.

Watkuju Gurruwiwi - la fabrication et la vente de didgeridoo doivent être laissées aux propriétaires traditionnels texte seul
Les didgeridoo "sandwich" fendus et creusés, sont devenus très populaires ces dernières années. Comme les arbres dans les autres pays n'ont pas de cavités naturelles creusées par les termites, les gens ont appris à prendre des morceaux de bois, à les fendre, à creuser l'intérieur des deux moitiés, et à les recoller pour faire un didgeridoo jouable. La nature personnalisée de cette méthode et les habitudes occidentales de travail du bois ont attiré beaucoup de joueurs de didgeridoo qui auraient auparavant achetés des instruments authentiques.

Beaucoup de Yol\u sont d'accord qu'il est bien pour les étrangers de faire des instruments avec leurs propres matériaux et apprécient même les résultats qu'ils ont pu voir, mais beaucoup pensent qu'une fois que cet instrument est vendu, il s'agit d'une forme de violation de la propriété intellectuelle, que c'est profiter d'une idée Yol\u et prendre l'argent dans leurs poches. Cependant, aujourd'hui il n'y a pas de souhait d'entreprendre des actions pour arrêter cette diffusion de l'instrument dans différentes formes, tant qu'il n'y a pas de mensonge à propos de l'authenticité des instruments non-Yol\u, et que la terre et les ressources naturelles Yol\u ne sont pas exploitées de la manière dont elles l'ont été par le business du didgeridoo non-Yol\u, ailleurs dans le pays.

Si vous fabriquez et vous vendez des didgeridoo, considérez les sentiments des personnes Aborigènes, et pensez aux paroles de Dhukal, de donner quelque chose en retour. Cela ne signifie pas nécessairement un pourcentage de vos ventes, mais cela peut être quelque chose de simple ou de plus fondamental, quelque chose d'immédiat ou une idée à long terme. Soyez créatif.

Djalu' parle de l'accueil chaleureux qu'a reçu un instrument qu'il a ramené d'Amérique, et du lien qu'il représente. texte seul Badikupa dit "bien sûr, on en a un et on peut l'utiliser pour des cérémonies", et aime le partage d'idées que cela représente. texte seul Burrupu approuve mais est moins impressioné par l'instrument, et pense qu'il ne remplace pas un Yidaki Yolngu texte seul
Djalu' raconte l'histoire d'un marché, son Yidaki contre un d'Amérique, et de la leçon que cela montre à propos du partage et des liens. texte seul Il aime certains didgeridoo fendus qu'il a essayé, mais quand vient l'idée de commerce, Badikupa insiste sur la propriété Yolngu de l'instrument. texte seul Burrupurru est surpris d'apprendre que des gens gagnent de l'argent pour des didgeridoos "sandwich", puis considère s'il approuve ou non. texte seul


PAGE SUIVANTE - LES FEMMES NON ABORIGENES PEUVENT ELLES JOUER DU DIDGERIDOO?


all material copyright 2006 Buku-Larr\gay Mulka Centre & the Yol\u individuals and clans concerned