Yidakiwuy Dhawu Miwatjngurunydja  

Questions relatives au Yidaki - Jouer du didgeridoo vous connecte-t-il au peuple aborigène?

Il n'y a pas de réponse à cette question.

Dhukal Wirrpanda
Dhudi-Djapu clan leader

De nombreux joueurs de didgeridoo non-Yol\u qui jouent cet instrument se créent un lien entre eux-même et le peuple aborigène ou entre eux-même et le "Dreamtime" ou "temps du rêve". La première chose à comprendre c'est que les Yol\u utilisent rarement le mot "dreamtime". Il semble que cela soit une traduction approximative d'un mot du désert central, qui a été depuis appliqué à tout le continent. Les Yol\u ont appris les mots  "dreamtime" et "dreaming" parce que les étrangers semblent les comprendre, mais ce ne sont pas des traductions de mots ou de concepts Yol\u.

Ensuite, la culture et la religion Yol\u sont spécifiquement liées aux identités claniques, aux lieux et aux chants, danses et graphismes qui invoquent des pouvoirs spécifiques. Jouer seulement du didgeridoo, en particulier dans un autre lieu, n'est pas la même chose que le yi[aki comme faisant partie d'un tout qui est le rom Yol\u auquel il appartient. Raymattja Marika-Munu\guritj a écrit une fois, sur le rom Yol\u : "... Les gens ne peuvent pas exister indépendamment de leur environnement."Les Yol\u vivent dans le leur, et vous vivez dans le vôtre. Jouer du didgeridoo peut réveiller quelque chose en vous qui peut même vous ouvrir au pouvoir de votre propre terre, et peut inspirer des rêves à propos de l'origine de l'instrument. Profitez-en et explorez cela, et oui, considérez cela comme un appel à visiter la Terre d'Arnhem pour créer des liens personnels et apprendre quelque chose de réel sur ce lieu et sa culture.

Wukun - le yidaki ne vous fait en rien semblable aux Yol\u. Il peut vous aider à grandir avec votre propre identité là où vous êtes. texte seul
Les Yol\u comme Djalu' qui croient que le yi[aki se répand à travers le monde comme un moyen de relier les gens et de toucher leur vie continuent à parler des affaires Yol\u comme complètement séparées du yi[aki, duquel tout le monde peut profiter. Comme dit Wukun, cet instrument n'est pas fait pour que vous l'utilisiez pour devenir plus Yol\u, mais pour devenir meilleur, vous-même. Les Yol\u n'ont pas besoin de gens qui les idolâtrent et essaient de devenir comme eux. Ils ont besoin de personnes qui connaissent leur propre identité et leur propre patrie, pour qu'il puisse y avoir un partage égal et de l'entraide entre cultures.

Beaucoup de personnes au-delà des mers ont découvert le didgeridoo, et ont voyagé en Australie pour rencontrer ses propriétaires originaux. Certains ont travaillé pour amener des Yol\u dans leur pays. Ce sont des cas où l'instrument a clairement établi une relation. C'est ce type de relation que les Yol\u reconnaissent, un lien physique et non métaphysique, inspiré par cet instrument physique qui a atteint le monde quelle qu'en soit la raison. Comme Buwathay l'a déclaré plus haut, seuls les étrangers qui viennent et vivent avec les Yol\u pendant très longtemps peuvent créer des relations profondes, personnelles et spirituelles, que les Yol\u reconnaissent.


PAGE SUIVANTE - CONCLUSION

all material copyright 2006 Buku-Larr\gay Mulka Centre & the Yol\u individuals and clans concerned