Yidakiwuy Dhawu Miwatjngurunydja    

Yidaki et Moitiés - Ambiguïtés

Dans certains des exemples précédents et dans la vie de tous les jours, la distinction entre les yi[aki de différents clans n'est pas toujours claire. Parfois, chaque clan va apporter ses propres yi[aki aux cérémonies, mais souvent, ils auront besoin d'en trouver un rapidement qui soit suffisamment bon, plutôt que d'attendre d'avoir leur propre instrument idéal. Il n'y a pas toujours une sélection de différents yi[aki disponibles pour être choisis et utilisés pour différents chants de clans. Habituellement, il y en a quelques uns de bons que tout le monde utilisera. La plupart des jeunes hommes qui jouent dans les cérémonies aujourd'hui ne font pas de distinction entre les différents styles de yi[aki pour différents chants publiques de clans , mais veulent simplement n'importe quel bon yi[aki qui est à leur goût.

Wukun Wanambi dit qu'il y a l'ancien style qu'il peut jouer, et le nouveau style "professionnel" que peut jouer Milkayu. texte seul  Dhukal Wirrpanda - C'est au joueur de choisir le Yidaki qui convienne à son corps.
texte seul
Un joueur décédé parle du changement des anciens instruments et du style de jeu vers le nouveau style "hard tongue" (langue dure)
texte seul 

Il y a aussi un changement en cours dans les préférences instrumentales et le style de jeu. Les jeunes hommes qui jouent dans les cérémonies en ce moment préfèrent des instruments plus aigus que ceux que vous pouvez entendre sur les anciens enregistrements, joués par leurs pères et grands-pères. De toute évidence, ainsi que l'indiquent les histoires Yol\u d'aujourd'hui, les instruments plus anciens étaient plus longs et plus rectilignes, moins coniques que ceux qui sont utilisés maintenant. La plupart des yi[aki qui sont utilisés dans des cérémonies sont en Fa et au-dessus, quel que soit le clan qui chante, et de caractère plus proche du Mirrat\a en Fa# ou du Burr\upurr\u en Fa que du grand Mi de Djalu' représentés plus haut. Cela fait partie de ce qui a été appelé le changement vers le style \^narr-d^l, ou "hard tongue". Comme le style a évolué pour devenir plus agressif, les instruments ont suivis. Certains seniors Yol\u regrettent  ce changement, et pensent que le yi[aki n'est plus joué ni fabriqué correctement, et que des différences importantes entre clans sont en train de se perdre. Pour la plupart des gens, cependant, c'est accepté comme  faisant partie des changements qui se produisent dans toutes les cultures. L'utilisation fondamentale  et la base spirituelle demeurent identiques même si la forme physique évolue.

On peut l'utiliser pour un manikay (lors d'une cérémonie) et puis après un moment il est perdu, on doit aller en chercher un autre.

Dhuka` Wirrpanda
chef de clan Dhudi-Djapu

  interviewer:
 Est-ce que tu as beaucoup de  yi[aki ?
Ouais, j'en ai dhaa (beaucoup). Plein de yi[aki. En brousse!

Mirrwat\a Munyarryun
Joueur de yidaki de cérémonie du clan Wangurri

Une autre cause d'ambiguïté vient de ce que souvent les Yol\u ne sont pas aussi attachés  aux choses matérielles que d'autres. Alors que partout dans le monde un joueur de didgeridoo peut avoir une collection de 20 instruments ou plus, un joueur de yi[aki de cérémonie peut ne même pas en avoir un! Certains en gardent au moins un sous la main, mais si on en a besoin quelque part, il sera donné, ou s'il y a un besoin d'argent, il sera vendu. Les Yol\u comptent sur le fait qu'ils seront toujours capables de trouver un yi[aki s'ils en ont besoin. Beaucoup d'instruments bruts ont été utilisés en cérémonie, directement depuis la brousse sans le travailler finement. Surtout quand le besoin de jouer en cérémonie est soudain, beaucoup de yi[aki ont été empruntés au centre d'art de Yirrkala, même par des fabricants de yi[aki renommés. Quelques instruments  ont été vendus au centre d'art après qu'une cérémonie soit finie. Plutôt que de garder un bon yi[aki jusqu'à la prochaine cérémonie, un joueur Yol\u peut le vendre, en comptant sur le fait qu'un autre va apparaître quand le besoin s'en fera sentir. Il n'y a pas deux yi[aki identiques, et le suivant peut ne pas avoir toutes les qualités qui ont fait que le premier était bon pour l'utiliser en cérémonie.  

On a aussi débattu sur la spécificité des caractéristiques réellement nécessaires pour une cérémonie publique. Le yi[aki ci-dessus est de Badikupa Gurruwiwi, du clan G^lpu. Il est en Ré# avec un son trompette assez strident, 155 cm de long avec un pavillon de 11 cm. Il est grand, relativement profond et peint avec les motifs G^lpu reliés au python olive Wititj, mais le son est entre ceux du Djalu' et du Mirrwat\a du premier exemple. Il a des basses claires et des harmoniques aiguës, mais des médiums un peu stridents. Datjirri Wunu\murra a appelé ce yi[aki "la note maîtresse ", expliquant qu'il pouvait être joué dans tous les styles, pour les musiques de tous les clans. Djambawa Marawili l'approuva et identifia ce yi[aki et à peu près le moitié des yi[aki de ce site comme des yi[aki "publics", au contraire des intruments spécifiques à un clan, fabriqués comme il l'a été indiqué par les ancêtres.

 Quand on a demandé à un autre joueur son avis sur ce point, il déclara que n'importe quel yi[aki était capable d'être joué dans n'importe quel style, et que c'était au joueur de savoir jouer ces styles sur les yi[aki qui étaient disponibles.

Burr\upurr\u se fit l'écho de ces pensées, disant que bien qu'il y ait des sortes de yi[aki utilisés spécifiquement  pour des cérémonies seulement à certaines occasions, les yi[aki utilisés couramment  pour la plupart des cérémonies publiques, n'ont pas besoin d'être très spécifiques.


PAGE SUIVANTE - QUAND, OU ET PAR QUI LES YIDAKI SONT-ILS JOUES

all material copyright 2006 Buku-Larr\gay Mulka Centre & the Yol\u individuals and clans concerned