Yidakiwuy Dhawu Miwatjngurunydja  

Première approche - Comment est fait un yi[aki?

Alors que les didgeridoos peuvent être fabriqués à partir de nombreux matériaux et de nombreuses manières, les yidaki sont traditionnellement fabriqués à partir de troncs d'eucalyptus vivants, bien que très rarement, de bonnes branches peuvent être employées. Les arbres sont évidés par des termites appelées communément "fourmis blanches". Sur le territoire Yol\u, le Gadayka ou le Stringybark (Eucalyptus tetradonta) sont utilisés la plupart du temps, mais quelques fois le Guurru', le Darwin Woollybutt (Eucalyptus miniata) ou un des deux bloodwoods, le Badawili (Corymbia ferruginea) et le Dhumulu' (Corymbia polycarpa) sont aussi utilisés.

La sélection du bon arbre est certainement l'art le plus délicat dans la fabrication du yidaki. Il n'est pas aussi facile de trouver un bon yidaki que ce qu'on pourrait penser. Il y a beaucoup de facteurs qui entrent en ligne de compte que seuls ceux qui ont travaillé les yidaki pendant  de nombreuses années peuvent comprendre. Alors que beaucoup débattent sur les points positifs et négatifs de différents types d'intruments fabriqués de différentes manières à travers le monde, il est sûr qu'il n'y a pas de didgeridoo semblable à un qui ait été fourni par la nature.

       
 

Un coin de forêt prometteur.

 

Gurraramawuy Munyarryun chercha des arbres exploitables.

 

Datjirri#1 Wunu\murra teste un arbre.

 

Un artisan ira dans une bonne section de forêt, au sol souvent rocheux, et marchera dans la forêt en suivant son instinct et utilisant ses yeux expérimentés pour identifier des arbres appropriés à tester. Quelques artisans comme Djalu' Gurruwiwi, vont tout d'abord écouter la résonance d'un arbre après l'avoir tapé avec le côté non coupant d'une hache. Beaucoup écorcent une section du tronc et tapotent le bois avec leurs ongles pour entendre le creux. Si le son se propage assez bas et assez haut, que le tronc est évidé mais pas trop, alors l' artisan va commencer à couper. Il y aura quelques autres vérifications après le début de la coupe, pour être sûr que le tronc est aussi évidé qu' espéré avant d'abattre l'arbre.
       
 

Gurraramawuy enlève l'écorce pour tester l'évidement. Vidéo Quicktime 

 

Datjirri tapota sous l'écorce pour écouter la résonance de l'arbre creux

 

Djalu' commence à couper.

 

Si tout est bon après les tests initiaux, l'arbre creux est coupé et encore travaillé pour la finition en enlevant l'écorce, rabotant l'extérieur et dégageant l'intérieur si besoin. De nos jours, des moyens modernes, des colles, et même du ruban adhésif sont utilisés. De temps en temps, la section est laissée au soleil ou plongée dans l'eau durant une nuit à un mois pour traiter le bois avant de le travailler. En de très rares occasions, l'arbre creux encore sur pied est déjà rempli d'eau de pluie, et le bois est ainsi déjà traité !
       
 

Djalu' debout derrière un arbre en train de tomber

 

L'arbre abattu révèle
le tronc évidé par les termites.

 

Les termites qui creusent les arbres pour nous.

 
       
 

Une image inhabituelle - un arbre que Datjirri a écorcé avant de l'abattre.

 

Datjirri abattant l'arbre.

 

L'arbre écorcé abattu.

 
       
 

Une hache ou une scie est utilisée pour choisir la longueur d'arbre qui sera travaillée.

 

Ensuite, la jouabilité de l'arbre est testée, comme Larry Gurruwiwi le fait ici..

 

Et comme |o\u Ganambarr le fait ici au loin dans le bush.

 
       
 

Mirarra Burarrwaa vérifia le tronc.

 

Et c'en est un bon!

 

Mirrwata avec des bûches brutes à travailler..

 


PAGE SUIVANTE - COMMENT EST FAIT UN YIDAKI? SUITE

all material copyright 2006 Buku-Larr\gay Mulka Centre & the Yol\u individuals and clans concerned